Le Mariage dans le monde

Identique ou different ?

Théoriquement, le mariage a le même sens dans le monde entier : célébrer l'amour de deux êtres. Mais les cérémonies sont plus ou moins formelles selon les pays.


Mariage express
ecosse ecosse  Les Etats-Unis se sont fait une spécialité des mariages et des divorces express. Il est possible de se marier dans la journée. La capitale de ces fast-weddings est Las Vegas, qui ne se contente donc pas seulement d'être celle du jeu. Avant la cérémonie civile ou religieuse, les futurs époux doivent se procurer une licence de mariage (Mariage License), qui s'obtient à Las Vegas auprès du County Court House (le tribunal du comté) de Clark. Si il n'y a pas trop de monde, 3 minutes d'attente, une rectification sur l'état civil et 35 $ suffisent pour entrer en possession du précieux document. Ensuite, il suffit de se rendre au bureau des mariages où un officier d'état civil procède à l'échange des consentements, en présence de deux témoins. Retour au tribunal de Clark pour faire enregistrer le mariage et le tour est joué. Le couple se voit remettre un Mariage Certificate (certificat de mariage) attestant de la légalité du mariage. En général, la totalité des formalités prend moins de 2 heures !


Mariage romantique
ecosse ecosse  Les écossais sont des gens chaleureux, dont l'hospitalité et l'ouverture d'esprit ne sont plus à démontrer, même en ce qui concerne l'institution du mariage. Au 18ème siècle, de nombreux couples anglais traversaient la frontière pour s'unir en Ecosse où l'âge légal pour le mariage était de 16 ans. Ces fugues romantiques ont fait de ce pays, et de Gretna Greene, qui était le premier poste-relais après la frontière, un endroit privilégié pour les cérémonies. Les unions romantiques ont continué à Gretna Green, et même aujourd'hui, la loi ne demande plus aucune certification résidentielle pour le mariage en Écosse, ni aucun consentement parental pour des couples âgés de 16 ans et plus.


 

Un mariage marathon
inde inde  Le mariage hindou est sans doute une des cérémonies les plus spectaculaires. L'Inde a longtemps connu les mariages arrangés, mais la société a tout de même évolué et les parents ne jouent plus aujourd'hui le rôle essentiel dans le choix des futurs époux, même si ils cherchent à peser sur la décision finale. En revanche, les astres sont toujours consultés, ne serait-ce que pour établir le jour et l'horaire propices à la célébration. Le rituel dure de longues heures, les moments essentiels se déroulant au temple et surtout dans une salle spécialement préparée pour l'occasion et construite près des temples principaux.
Avant la cérémonie, on a pris soin d'installer et décorer un pandel, un petit espace sacré où se déroulera le mariage. Les mariés entrent, accompagnés des proches, parmi lesquels on compte sept ou neuf dames non veuves portant des plateaux chargés de divers objets nécessaires au rituel (noix de coco, pâtisseries, vêtements des mariés, bijoux de mariage...). Se succèdent alors divers rites dont l'invocation de Ganesh, le dieu qui lève les obstacles, et différents cérémoniaux purificateurs, en particulier Varuna pûjâ (le dieu védique Varuna y est vénéré sous la forme de l'eau lustrale). Puis vient le bain donné par cinq dames en sari au fagot sacré composé de trois plantes. Un rite censé attirer sur le couple fécondité, longévité, douceur de vivre. On honore également Shiva et Pârvatî, puis on consacre les kanganam, cordons attachés aux poignets des mariés (à gauche pour le garçon, à droite pour la fille) et signes de vœu.
Les deux futurs époux rendent ensuite hommage à leurs parents en leur baignant les pieds sur un large plateau. Puis la jeune fille est offerte par ses parents à son futur mari devant le feu sacré. Suivent ensuite le thâli pûjâ et le thâli kattudal, en quelque sorte l'équivalent de la bénédiction et de l'échange des alliances dans le mariage chrétien. Les invités et la famille lancent sur le couple du riz safrané mêlé de pétales de fleurs, ajoutant ainsi leur bénédiction à celle du prêtre. Les mariés font alors sept pas autour du feu sacré et se déroulent encore divers échanges, notamment des guirlandes de fleurs et les anneaux d'orteil.
On se rend ensuite au temple pour que le couple assiste en tant que tel à sa première cérémonie. De retour au pandel, on enlève les kanganam des poignets des mariés. Le couple s'installe dans la balancelle d'heureux augure où ils reçoivent les félicitations et cadeaux des invités.

APEI-Actualités.